Bertrand et son cheval

Bertrand Sturione

« Quand on sort du travail, on a l’impression d’être en vacances »

Arrivé du Nord de la France en 2012, tout porte à croire que Bertrand Sturione était fait pour vivre dans le Lot. Après sa sortie de l’école de cadre gestionnaire des hôpitaux, c’est en recherchant des offres dans le sud-ouest qu’il postule à une annonce dans le Lot, et plus précisément à Saint-Céré.

Après tout, pourquoi ne pas s’installer dans le territoire de cœur d’André Breton dont Bertrand apprécie tant les écrits. Rapidement, le patrimoine lotois a comblé les attentes de ce passionné d’histoire et de littérature. Côté installation, Bertrand n’a eu aucune difficulté pour se loger et même changer d’appartement. Et si parfois les conditions d’accueil selon les régions peuvent être un frein à l’intégration, Bertrand fut accueilli avec chaleur et sympathie. 

Aujourd’hui il vit à quelques kilomètres de Figeac. Il est en pré stage avec le directeur du centre hospitalier de la ville avant d’effectuer, ou non, prochainement son stage de direction. Selon lui la qualité et les conditions de vie sont sans appel. Le stress se fait même bien moins présent. « Quand on sort du travail, on a l’impression d’être en vacances ». La beauté des paysages lotois crée en effet un contraste saisissant en comparaison avec les tours d’immeubles grisâtres de son ancienne ville. « Dans le Lot on ne subit pas son environnement, on vit en harmonie avec la nature ». En somme, pas de quoi être nostalgique.

Bertrand et son cheval, qui lui fait un bisou

 

D’autant plus que ce cadre de vie lui a permis de développer des passions. Ces paysages ont suscité chez Bertrand l’envie de balades à cheval. Il s’est donc mis à pratiquer l’équitation en club dans le Lot à « Saint-Céré équitation », un an après son arrivée. De nature sportive, le département est vite devenu un vaste terrain de jeu pour Bertrand qui pratique également le VTT, le badminton et la danse. Grâce à cet engouement pour le sport et la culture il s’est inséré dans des tissus associatifs du territoire. Intégré et reconnu, tout sourit à ce néo-lotois. 

Professionnellement, en tant que futur directeur des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux, cette expérience sur le terrain a été l’occasion de créer des contacts directs avec la population. C’est donc avec enthousiasme et passion que Bertrand remplit sa mission de service public. Heureux de sa vie dans le Lot, Bertrand aimerait bien y rester définitivement, une fois sa formation terminée. Car des projets dans le Lot, il en a en tête. En effet, Bertrand souhaiterait fusionner les spécificités territoriales avec ses futures compétences de directeur, notamment en développant par exemple des circuits courts plus efficients entre les agriculteurs locaux et la conception des repas des patients de l’hôpital dans un objectif de santé publique et de solidarité.

En définitive, l’art de vivre lotois a permis à Bertrand de s’épanouir professionnellement et personnellement.

Bertrand en balade dans la forêt avec son cheval