Nicolas et Linda Dupont

Nicolas et Linda Dupont

« J'ai eu le coup de foudre ! Linda et nos deux garçons de 6 et 10 ans, ont été conquis aussi ! » 

Ils ont craqué pour le vrac et pour Figeac

Originaire du Nord, le couple a mis le cap sur Figeac pour ouvrir une épicerie spécialisée dans le vrac. Une nouvelle vie professionnelle, une nouvelle vie tout court en adéquation avec une philosophie qui n'a rien d'une utopie.

Nicolas était assureur. Linda travaillait dans les ressources humaines. Ils ont vécu en Touraine, dans le Limousin avant de retrouver leur Nord d'origine. Ils habitent alors Estaires, une localité de Flandre qui a adopté une tarification incitative en matière de collecte des déchets. Plus on trie, moins on jette, moins on paie.

« Ce fut le déclic » raconte Nicolas. Très vite, la petite famille se prend au jeu. Lequel devient une philosophie de vie. « Rien de politique ou de radical, mais une prise de conscience. La conviction partagée que l'on peut vivre au quotidien en privilégiant le recyclable, voire le zéro déchet. Tout en étant pleinement épanouis... »

Cela passe aussi par le jardin. En 2018, Nicolas effectue un stage de deux semaines au Bouyssou, près de Figeac, pour appréhender les bases de la permaculture. « J'ai eu le coup de foudre. Avec Linda et nos deux garçons de 6 et 10 ans, on est revenu en février 2019. Comme moi, ils ont été conquis ! »

Linda et Nicolas en famille

Un coup de foudre, puis un autre

Alors une page se tourne. Le couple se balade dans Figeac et repère un pas-de-porte rue d'Aujou. Second coup de cœur. Nicolas et Linda qui avaient déjà effectué un bilan de compétence dans le Nord décident que ce magasin sera le leur, une épicerie à l'épicentre d'un projet professionnel également projet de vie.

Avant de se lancer, Nicolas a suivi un stage d'accompagnement à la création d'entreprise avec le réseau BGE (ensemBle pour aGir et Entreprendre), adhéré à la coopérative Ozon et recherché avec Linda les fournisseurs (si possible bio ou raisonnés et basés à proximité). « On a déjà 300 références, des pâtes aux cosmétiques en passant par les fruits et légumes » se réjouit le couple. « Et bien sûr un dénominateur commun : le vrac. Pas d'emballage, ou le strict minimum, et donc recyclable ».

Le couple est convaincu de la viabilité économique de l'épicerie, surtout que l'accueil par les élus et les professionnels a été enthousiaste. Les deux Nordistes se sont sentis portés. « Le tissu associatif, l'ambiance encore village de cette ville, le sentiment que nous sommes nombreux à être connectés, ça dope le moral. On ne cherche pas à être millionnaires. Mais notre vie, c'est clair, ce sera ici et plus ailleurs. »

Nicolas et Linda Dupont devant leur magasin