figeac

Sophie Mitrani

« Pour rien au monde je ne retournerais vivre à Paris »

Parisienne de naissance, Sophie a décidé un jour de quitter Paris pour Figeac, dans le Lot avec sa famille.

« Figeac est une ville de 10 000 habitants donc à taille très humaine. On peut accéder facilement aux services mais aussi aux personnes.

J’habite en centre ville et ce que je préfère, c’est regarder la ville de ma fenêtre : c’est tellement beau, je ne m’en suis jamais lassée en 8 ans ! Je suis au dessus de la place centrale de la ville alors juste en bas, je peux voir les cafés extrêmement vivants, le clocher d’une des églises, … A l’arrière plan, je vois la colline boisée, des vaches dans les clairières, les arbres en fleur au printemps, le ciel …

Vue depuis son appartement. ©Sophie
Vue depuis son appartement. ©Sophie

 

Être en centre ville, c’est un bonheur ! Figeac, c’est une plongée dans l’histoire ! J’aime faire mes courses ici. Les commerçants sont bien achalandés, il y a tout ce qu’on veut : des magasins bio, des supermarchés, un super artisanat de bouche. 
Pour les loisirs, il y a des piscines en plein air où l’on va tous les jours en été ; le domaine du Surgié, un endroit très agréable et familial ; les petites plages aménagées le long du Célé comme à Brengues, un lieu très sympa avec de grands barbecues aménagés. A Figeac il y a le festival de théâtre en été et aux alentours il y a des super concerts dont les tarifs sont plus abordables qu’à Paris. »

Pour Sophie, la vie culturelle à Figeac est exceptionnelle : « Il y a une vie culturelle avec un festival de théâtre qui attire beaucoup de monde et beaucoup d’émulation artistique. On y trouve plein d’associations : il y a une école de musique, un cinéma où l’on peut voir tous les films qui sortent … »
Elle relativise la vie culturelle telle qu’elle l’a connue en habitant dans la capitale : « A Paris, je n’en profitais pas. Les expositions que je voulais aller voir étaient toujours saturées alors que là je ne sais plus où donner de la tête (…). »

Si Sophie et sa famille se plaisent toujours autant à Figeac après 8 années passées là, ils retournent régulièrement sur Paris pour voir la famille « On y passe souvent deux ou trois semaines dans l’année : on en profite pour aller voir ou revoir les musées et les lieux que l’on adore. » Pourtant, le bilan est sans appel : « pour rien au monde je ne retournerais vivre à Paris. »

Voir l'intégralité de son témoignage sur www.paris-jetequitte.com.

Sophie Mitrani et sa famille